L’Art transversal (AT) est né des conséquences des travaux réalisés sur une première idée : la peinture/partition (1998). Montré et écouté lors d’une expo/concert (2000), l’AT fut la suite logique du lien établi entre la peinture et la musique. A l’époque, une question s’est imposée : comment favoriser la coopération entre un peintre et un musicien afin qu’ils conservent les caractéristiques de leur art ? Car si le peintre peut sur le tableau générer la création musicale, c’est parce qu’il a apprivoisé le temps à l’aide d’une suite de signes que le musicien interprète linéairement selon son ressenti émotionnel. Ainsi cette évolution plastique a permis la création d’œuvres nouvelles sur la « scène » artistique.

 

- Manifeste pour un Art Transversal -

Axiome

Un tableau se perçoit globalement, on dira que pour le spectateur la peinture est un art de l’instant ; tous les autres arts dépendent du temps.

Cas de la sculpture : elle dépend aussi du temps car elle ne peut être perçue globalement comme le tableau ; il faut le temps du déplacement pour la découvrir.

Les arts du temps concernés sont la poésie, la musique et la danse.

 

Partie I

 

Déclaration

 

L’art Transversal (AT) est un état d’esprit qui oblige le peintre à sortir de son individualisme et de son narcissisme. L’AT permet un art dual.

Le peintre, habituellement enfermé dans son tableau/miroir, sort de l’atelier et entre en relation avec un artiste du temps pour produire une création commune, nouvelle, issue de cette rencontre.

Contrairement aux relations traditionnelles, le peintre doit être le moteur de la future création. C’est en acceptant la connaissance d’un art du temps, qu’il fera du tableau un lieu de d’expression lisible et interprétable par l’artiste partenaire.

Le peintre en sublimant la pensée brute issue des SES (Sensations, Emotions, Sentiments) doit construire le tableau pour que l’artiste partenaire puisse s’en inspirer et créer dans son art.

Si le peintre est l’initiateur, il n’en demeure pas moins que l’artiste partenaire impliqué produit sa propre création et la revendique comme telle. L’originalité de l’AT c’est le lien tacite des deux artistes en vue d’une présentation simultanée des œuvres ainsi produites.

Remarques : Le tableau doit être conçu sans déroger aux règles de composition.

Ce n’est ni un poème, ni une partition, ni une chorégraphie. On évoquera une peinture/poème, une peinture/partition, une peinture/chorégraphie.

 

Conclusion

L’art transversal est un mouvement pictural qui modifie le comportement du peintre face aux arts du temps. Après avoir simulé l’espace avec la perspective, le peintre peut, en duo avec un artiste du temps, intégrer dans le tableau une dimension temporelle lisible.

 

MINOLLI - 11 février 2006


 

Partie II

 

Transversalité des arts et la solitude de l’œuvre.

 

 

1 - On appelle Transversalité l’aspiration de l’art plastique, à savoir la peinture, ou de l’art graphique à la synthèse avec d’autres arts, la musique ou la poésie.

 

2 - Transversalité est le croisement des formes d’expression artistique qui peut générer leur synthèse et donc des nouvelles formes et de nouveaux genres.

 

3 - La tendance vers la synthèse avec d’autres formes d’expression artistique est plus forte dans la peinture car elle se trouve aujourd’hui, pour des raisons objectives, sur la périphérie de la conscience et donc de l’intérêt du public.

 

4 - La peinture n’a pas d’utilité propre, comme par exemple, l’architecture. Le perfectionnement des moyens techniques ne la rend pas plus accessible, comme la musique. Le langage de la peinture  n’est pas constitué d’éléments du langage naturel, comme celui de la poésie.

 

5 - La perception d’art graphique aujourd’hui réclame chez la personne des efforts supplémentaires de compréhension, du temps ainsi qu’un investissement émotionnel considérable.

 

6 - Aujourd’hui la multicomplexité de l’environnement technique conditionne chez la personne l’oisiveté mentale et sensorielle. La confrontation avec l’œuvre d’art provoque un choc.

 

7 - Pourtant le besoin de créer persiste, la peinture et d’autres arts graphiques sont vivants. Ils sont en manque et à la recherche perpétuelle du dialogue.

 

8 - Un phonème dans un système phonétique, un livre sur le rayon de la bibliothèque, un tableau dans le musée sont une pure potentialité. La dynamique de réinterprétation est seule à être capable de rendre la vie aux œuvres.

 

9 - Coexistence et interaction avec l’autre nécessitent l’adaptation. Les sons dans le flux du discours s’adaptent et on parle de l’accommodation. Les œuvres d’art sont contraintes à l’isolement, le poème et le tableau attendent leur interlocuteur créatif. La contemplation et la lecture créatives (ou l’interprétation) donnent aujourd’hui naissance aux nouveaux genres et à des nouvelles formes d’art. Le tableau est mis en musique ou transféré dans le poème. Un poème inspire une œuvre musicale ou graphique et vice versa.

 

10 - Nous vivons et faisons partie de la société de consommation. Le produit tend à s’imposer comme un concept universel. Une œuvre d’art n’est pas un produit. Elle ne se consomme pas. Elle nous parle, elle demande de l’ouverture, de la présence, de l’écoute et du temps. Les œuvres attendent leur interprétation créative. Faute de ne pas trouver l’interlocuteur les œuvres se mettent à parler entre elles. C’est la naissance de l’art transversal.

 

11 - La solitude de l’œuvre est paradoxale, car la création artistique persiste. C’est un besoin organique de l’esprit et du cœur humain, une expression condensée de la spiritualité.

 

12 - Une cellule endommagée cherche à se régénérer et puis se reproduire. La création dans sa fonctionnalité organique est régie par les principes de compensation-extension et dans sa fonction communicative soumise aux lois d’échange.

 

13 - On peut dire qu’à l’époque actuelle la synthèse des genres est une étape compensatoire. Mais cet état de compensation se trouve à l’origine des nouvelles œuvres originales, aux textes poétiques issus des œuvres graphiques, à des compositions musicales issues des peintures.

 

14 - Transversalité des arts, la synthèse et le dialogue des différentes formes d’art, l’intermédialité des genres sont des phénomènes de l’art contemporain, l’expression de son besoin organique d’évolution et un gage de possibilité de cette évolution.

 

Maria IAKOUBOVITCH, 11 février 2006

 

 

Synthèse

 

 

L’Art Transversal résume le besoin et le choix du plasticien contemporain, son attitude envers le Monde et envers l’Autre.

 

L’Art transversal c’est l’art plastique qui cherche à se compléter dans l’œuvre de l’autre et qui cherche à être complémentaire.

 

L’Art Transversal est conçu comme l’art dual, comme dialogue des deux artistes-partenaires dont l’un est l’initiateur du processus de la création et l’autre l’interlocuteur.

 

L’Art Transversal est l’art fusionnel, mais la synergie des deux œuvres n’enlève rien à leur originalité ni à leur capacité d’existence autonome.